Plus d’un an après son lancement officiel (21 septembre 2015 à Iavoloha), la nouvelle stratégie de lutte contre la corruption prend forme. Des lois ont été adoptées (loi générale sur la corruption et loi sur les Pôles Anti-Corruption, qui remplaceront la Chaîne Pénale Anti-Corruption) et d’autres sont en voie de l’être (loi sur le recouvrement des avoirs illicites, loi sur le blanchiment et le financement du terrorisme, loi sur la coopération internationale en matière de corruption).

A cet arsenal juridique, s’ajoutent des réformes de méthode : désormais tous les ministères seront associés, à travers des cellules internes chargées d’analyser les risques et de proposer des solutions locales. Les nouveaux magistrats anti-corruption seront sélectionnés et appuyés par une coordination nationale.

La mise en œuvre de cette stratégie, appuyée par le système des Nations-Unies, est gérée par un Comité de pilotage créé en février 2016 par arrêté du Président de la République. Dirigé par le Président du CSI, il est composé du Ministre de la Justice, du Ministre des Finances et du Budget, du Directeur Général du BIANCO et du Directeur Général du SAMIFIN.

Les enjeux de la période 2017-2018 concernent également la préparation des élections. Les leçons du passé doivent être tirées et un nouveau cadre juridique est en préparation, portant  sur la transparence du financement des partis et des campagnes électorales.

A Madagascar, la Journée Internationale du 9 décembre se distingue donc des Journées précédentes par la mise en exergue d’une large coalition d’acteurs directs et indirects. A ceux-là sont invités à contribuer les citoyens conscients que la corruption nous empêche réellement de nous développer.

 

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + deux =